Mon rêve

Comment trois enfants sauvèrent le monde des hommes au teint vert

Tout d’abord, cette histoire se passe sur Terre et les humains et les animaux parlent la même langue (je ne ferais références aux animaux mais sachez-le). Un jour, j’ai rêvé qu’une épidémie transformerait le visage des gens en les rendant vert pâle. Elle s’était abattue sur la Terre entière !

Je prenais le train  avec deux copains, Max et Caroline ( qui préférait qu’on l’appelle Caro ). Nous étions arrivés à la gare et nous avions vu une personne avec le teint vert pâle. Je l’ai remarqué parce que je l’avais vu dans mon rêve. Je fis part à mes amis de mon rêve et tous deux avaient fait le même rêve ! En rentrant dans la gare nous aperçûmes d’autres personnes avec le même teint, de plus en plus de personnes devinrent vertes. Cela devenait étrange, très étrange. Quand nous commençâmes à nous apercevoir qu’ils venaient vers nous, nous prîmes nous jambes à nos coups et nous avions détalé, tant pis pour le train ! Nous nous étions réfugiés dans un vieux château fort sans douves. J’appris plus tard que ce fort s’appelait “Fort Boyard” ( ne me demandez pas pourquoi , c’est ce que j’ai rêvé ). Nous avons essayé d’avertir nos amis par les SMS d’abord en leur demandant de prendre en photo leur tête pour savoir si ils avaient le teint olivâtre, puis en leur indiquant le point de rendez-vous, le “Fort Boyard” et les consignes de sécurité. Nous nous sommes retrouvé à plusieurs finalement dans le fort. Nous construisîmes une grande porte avec des pierres retrouvées en plein milieu de nul-part. Nous avions conseillé à nos amis de rassembler leurs affaires les plus indispensables et de rapporter des vivres car nous ne savions pas combien de temps  nous allions résister au gens verts. Nous n’étions que des enfants réunis. Dix des plus courageux restèrent devant pour bloquer la porte, cinq enfants se relayaient pour faire le guet, dix autres s’occupaient de la nourriture et les autres allèrent se cacher. Et puis un jour, je ne sais pas comment, la moitié de la porte à disparue puis devant nos yeux, des enfants au teint normal font un spectacle de chants. Puis à la fin du spectacle, les enfants devinrent verts et il ne restait quasiment plus de porte. Les gens verts sonnèrent la charge et nous comprîmes que nous avions été hypnotisés. Nous nous sommes mis à courir et à sauter à travers les ruines du château. J’avais oublié mon beau sac à dos orange qui était calé sur la porte. Max et Caro se firent attraper et nos autres amis aussi. << À quoi bon me défendre si à la fin je serais toute seule >> me suis-je dis. Donc je me suis adossée contre un mur et j’ai regardé mes amis se faire transformer le visage, tous ça sans que je puisse faire quelque-choses. Une chose ou plutôt une personne interrompit mes pensées, c’était une femme habillée de rouge et de noir et deux fois plus grande que moi mais pas plus grosse, elle n’avait pas le teint vert comme les autres et j’ai compris qu’elle était la cause de tous ces “Teintvert”. Elle est arrivée comme ça sphoush, d’un coup sans que je ne m’en rende compte. Elle était devant moi à quelques mètres. Elle se mit à me parler :                                                                        ” Tu es un danger pour le peuple “Teintvert”, commença la dame, mais seulement en quatrième position. Nous avons besoin de trois personnes pour pouvoir agrandir notre peuple et nous avons choisis de prendre les trois plus grands dangers : Osiris*, qui est un chanteur et un tagueur, Max et Caroline.
– Qu’avez-vous fait à Max et Caro ? ! Et puis d’abord, qui êtes-vous ?
– Ils ne sont pas devenus verts, avait dit la dame, et je m’appelle Mme Scrontch bien. Bien, reprenons, seulement, Osiris est un adulte et il va être condamné à avoir le teint vert. Il ne nous reste plus que deux enfants et il nous en manque un. Nous t’avons donc choisis puisque tu viens après dans le classement.
– Merci beaucoup, ai-je grommelé, je suis ravie. ( Je n’en pensai pas un mot et ça s’entendait )
– Contente-toi de te réjouir car tu n’aura pas le teint vert, car si tu as remarqué, personne jusqu’à maintenant ne t’a touché. Et maintenant, viens avec moi !
– Non !!!!!!!! >> Et puis Bang ! je reçus un coup sur la tête et je m’évanouis.

Je me retrouvais en haut d’un donjon et on me réveilla à l’aide de d’un seau d’eau. Mme Scrontch me prit par le bras et nous commençâmes à descendre les escaliers. J’ai compté toutes les marches car je ne pouvais rien faire d’autre et j’en ai compté cent-treize, si je voulais m’échapper je devrais remonter toutes ces marches et en haut il y avait des gardes. Elle avait pris mon sac et j’étais bien contente. Nous sommes arrivés en bas et il y avait un bassin rectangulaire avec de l’eau turquoise. J’aperçois Max et Caro debout devant le bassin en combinaison de plongée courte. Soudain j’aperçois une sorte de queue métallique sur Max et Caro puis je me rend compte que j’ai moi aussi une queue métallique. C’est à ce moment là que Mme Scrontch commence à me parler. << Si tu veux enlever cette queue métallique tu devra mettre ton maillot de bain puis ta combinaison de plongée et au fond de ce bassin tu trouveras un passage qui te permettra d’accéder à un autre bassin magique. >> Je lui ai demandé de pouvoir parler à Caro et à Max en privé et Mme Scrontch accepta. << Qu’est-que nous faisons ? demanda Caroline.

– Nous avons eu droit au même discours, dit Max, mais nous n’avons rien fait nous voulions t’attendre pour décider de quelque chose.
– Merci les amis, dis-je, je pense qu’il faut passer le bassin et ensuite on essaye de récupérer nos sacs et on se dépêche de monter les escaliers car je pense qu’après il doit y avoir une autre tour.
– Tu n’as pas tord mais si la tour est en plein milieu d’un endroit où il y a des gardes ? répondit Caro.
– À votre avis pourquoi Osiris nous a donné ces sacs ?
– Parce qu’il est gentil ! répondirent ensemble Max et Caro.
– Oui mais ils ont aussi des gadgets fabuleux qui nous permettent de voler grâce à des réacteurs sur les sacs ! En plus nos sacs sont imperméables !
– Ok nous allons passer la porte, dis Max
– Je suis d’accord avec vous, répliqua Caro
– Nous sommes près, avons-nous répondu à Mme Scrontch.

C’est ainsi que nous essayâmes de franchir cette porte avec nos sacs à dos sur le dos. Le plus dur c’était de voir sous l’eau. Je n’avais jamais réussi et la première fois j’en ai rien vu puis peu à peu, je voyais de plus en plus. Nous avons fini de l’autre côté et notre queue avait disparue ! Ce qui nous a étonné, c’est qu’il n’y avait pas de garde. Nous étions vite sortis du bassin puis nous avons monté les marches quatre à quatre et en haut nous avions décollé. Les sacs étaient programmés pour que quand on déclenche les réacteurs les sacs nous amènent vers Osiris. Nous avons trouvé Osiris et nous lui avons tout expliqué ce qui s’est passé et nous lui avons demandé pourquoi il était le danger numéro Un. Il nous a répondu que cette “guerre” avait déjà eu lieu et que lui seul savait comment rendre les gens normaux. Nous lui avions demandé comment nous devions faire. Il suffit d’inventer une chanson qui rentre dans la tête et qui n’en sort pas. Cela n’avait pas l’air compliqué mais il faut un air et des paroles simples, et c’est ça qui est le plus dur. Nous avons mis longtemps et il fallait nous cacher. Nous avons fini par créer la bonne chanson. Nous sommes sortis de notre cachette en chantant à tue-tête et cela a marché ! C’est ainsi,qu’à trois enfants, nous sauvèrent le monde.

Pour éviter un tel désastre, vous n’avez qu’à inventé une chanson vous même ! 🙂

Ma chanson :
– J’aimerais voyager, à travers l’espace-temps
C’est un monde imagé, pour les p’tits et les grands

 

* dans Marion Duval mais j’ai juste repris le nom.

Autre article interessants

Auteur : Eva

Je m’appelle Eva Corot.

Laisser un commentaire